Jeu politique, 49-3… triste semaine à l' Assemblée Nationale

Assemblée nationale
Mercredi 11 Mai 2016

Aucun parlementaire ne peut se satisfaire de l’utilisation du 49-3, car elle affaiblit le Parlement et avec lui le travail des représentants de la Nation.

Comment en est-on arrivé là ?

Beaucoup de mes collègues de gauche, comme je l’ai fait, ont déclaré leur opposition à la loi travail, tant sur la méthode que sur le contenu.

Le gouvernement a reconnu des erreurs, un travail de concertation a été engagé et le travail parlementaire a commencé sous l’égide du rapporteur que l’on ne peut objectivement qualifier de libéral débridé. De nombreuses évolutions, notamment celles pour les jeunes, sont intervenues aboutissant à une véritable réécriture du texte par les Commissions de l’Assemblée (400 amendements intégrés par rapport à la mouture initiale).

Pour autant, des inquiétudes subsistaient et nous souhaitions, avec les Députés du Pas-de-Calais, aller plus loin sur le rôle des branches, sur le périmètre des licenciements ou encore sur les heures supplémentaires.

C’était le sens de nos amendements déposés suite aux rencontres avec les syndicats et au travail entrepris avec les militants.

Le 49-3 fait que ces amendements ne seront pas discutés, alors même que des échanges avec le cabinet du Ministère du travail nous laissaient pressentir que de profondes améliorations pouvaient encore intervenir lors du débat parlementaire.

Nous en sommes aujourd’hui privés.

La séance de lundi pouvait le laisser penser, car c’est le jeu politique, le théâtre, les postures, l’obstruction, le blocage, la confusion des genres qui se sont imposés au détriment du travail parlementaire.

Quel gâchis !

Des avancées majeures allaient être obtenues, notamment sur le droit de véto des branches sur les accords d’entreprise afin d’éviter le dumping social, ou la restitution du périmètre des licenciements à l’échelle du groupe.

D’autres auraient encore pu être discutées en séance, notamment sur les heures supplémentaires.

Mais nous sommes maintenant suspendus au texte qui sera présenté par le gouvernement, sans même la possibilité de le voter ou de ne pas le voter.

La motion de censure déposée par la droite qui souhaite un texte ultra-libéral n’y changera rien.

Quel sens aurait un tel vote ?

Celui de la confusion, en mêlant nos voix à une droite qui ne rêve que de briser notre modèle social.

Si certains souhaitent une application dès 2016 du projet de la droite, qu’ils l’assument !

Le texte partira au Sénat et reviendra à l’Assemblée Nationale pour une seconde lecture. Faisons en sorte que le Parlement retrouve la parole, et que la volonté des élus de gauche qui souhaitent sincèrement, dans le respect de nos valeurs, améliorer le texte, s’impose face au triste et écœurant spectacle du « jeu politique ».

Au-delà, nous ne pouvons faire l’économie de nous interroger sur l’indispensable renouvellement de nos institutions, mais aussi de nos formations politiques.

Les questions du renforcement du Parlement et de la démocratie participative, comme l’ouverture à d’autres formes de dialogues ne peuvent plus se limiter à quelques lignes dans des discours convenus, elles doivent clairement engager ceux qui prétendent assumer les plus hautes responsabilités de l’Etat.

Tioxide - Mon intervention auprès du Président de Région

7ème circonscription
Lundi 11 Avril 2016

Retrouvez mon intervention auprès du Président de Région, Xavier Bertrand, en faveur des salariés de la société Tioxide.

l'état mobilisé pour Calais

7ème circonscription
Vendredi 4 Mars 2016

Le Président de la République a annoncé le lancement de l’autoroute ferroviaire le 29 mars, c’est un évènement important pour le port et pour notre territoire qui voit s’ouvrir un nouvel horizon.   Le collectif sera reçu lundi par des représentants de chaque ministère concerné, il sera notamment question du soutien aux commerçants, artisans et entreprises. Un dispositif sera présenté et mis en œuvre dans les meilleurs délais. Le contrat de territoire sera également accéléré.    L’engagement de la France pour un accueil des mineurs isolés qui ont de la famille en Grande Bretagne a été très clairement réaffirmé. C’est un premier pas vers une filière légale.   Le travail se poursuivra pour améliorer les conditions d’accueils dans les CAO et à Calais.   Le Président se rendra à Calais avec une délégation Ministérielle pour mesurer la mise en œuvre des actions engagées.    Tous unis pour Calais !

rendez-vous à l'Elysée: mes attentes

7ème circonscription
Vendredi 4 Mars 2016

Je me rends à 18h à l'Elysée pour rencontrer le Président de la République, ainsi que les Ministres de l'Intérieur, de la Justice et des Finances, en compagnie des autres élus du territoire.

Je vais insister sur plusieurs points que je défends depuis des mois:

- Les mineurs isolés : j'ai bien entendu la volonté du Président d'agir sur le sujet et je réitère mon souhait d'une filière légale d'immigration vers le Royaume Uni le plus rapidement possible. Ce sujet est la clef, il doit s'étendre au-delà des seuls mineurs, qui sont aujourd'hui la priorité. La Grande Bretagne doit prendre sa part.

- Le plan économique : au-delà du soutien au Port et au Tunnel, je soutiendrai, comme je le fais depuis le début, la proposition d'un moratoire fiscal de l'Etat et des Collectivités qui me semble être la mesure la plus simple, la plus rapide et la plus efficace pour permettre au tissu économique local de résister et d'envisager un développement plus sereinement.

- Le démantèlement de la jungle: chacun s'accorde sur la nécessité d'y procéder même si les méthodes et les délais posent parfois question. Je souhaite que le dialogue soit renforcé, notamment avec les associations, pour améliorer l'accueil dans les CAO et le CAP de Calais où vont être relogés les réfugiés.

Je demanderai également la plus grande fermeté à l'égard des personnes qui font obstruction au travail des maraudes sociales et qui poussent parfois les réfugiés à ne pas s'inscrire dans les dispositifs humanitaires.

1, rue Aristide Briand
BP 70 210
62 103 CALAIS CEDEX

tél : 03.21.97.16.39
fax : 03.21.97.16.33
yann.capet(atty)orange(dotty)fr